Bah Oury sur la « Main Tendue » du Chef de l’Etat : « Si c’est une Opération Politicienne… »4 min read

Partager sur facebook
Partager sur twitter

CONAKRY-Faut-il croire à la sincérité de la main tendue du Président Alpha Condé qui annonce un dialogue politique avant la présidentielle d’octobre ? Bah Oury prévient que nul ne peut être contre un « dialogue inclusif », mais si celui est une « opération politicienne », il ne pourra pas prospéré. Il s’est confié à un journaliste d’Africaguinee.com.

 

Est ce une autre Operation Politicienne du president


AFRICAGUINEE.COM : Le président a annoncé un dialogue politique qui inclurait toutes les forces politiques du pays avant la présidentielle. Qu’en pensez-vous ?

BAH OURY : Sur le principe, nul peut être contre un dialogue inclusif, mais c’est quel est le contenu de ce dialogue, quels sont les objectifs assignés à ce dialogue ? De manière prioritaire, c’est fondamental. Parce que le dialogue inclusif, même ceux qui sont en conflit armé, très souvent, en même temps qu’ils se battent, en même temps ils se retrouvent pour dialoguer. Soit. Mais le contexte actuel de notre pays, il y’a de sérieux problèmes. Il faut que le président de la république prenne en compte le déficit notoire de manque de confiance qui a été instauré pratiquement durant ces deux dernières années. La société civile, les autorités morales et religieuses, les forces vives du pays, notamment à travers sa jeunesse, les chefs d’Etats étrangers et même les proches amis du président de la république, l’avaient supplié d’envisager un minimum de concertation constructive avec tous ses acteurs pour ne pas aller dans le sens d’une constitution qui remettrait en cause le processus démocratique de la Guinée. Il n’a pas tenu compte de cela et ses déclarations sonnent encore terriblement dans les oreilles de beaucoup de familles guinéennes.

Aujourd’hui, il n’y a pas de constitution. Nous sommes devant un vide constitutionnel, nous avons un fichier électoral totalement corrompu. Nous avons une CENI qui a perdu la crédibilité et la confiance de tous les acteurs majeurs et objectifs. La Cour constitutionnelle qui aurait dû dire le droit, rien que le droit ferme les yeux sur les violations graves et notoires des dispositions constitutionnelles de la république de Guinée. De ce point de vue, il est urgent de restaurer les fondamentaux de l’Etat de Droit pour nous permettre d’aller de l’avant. Je pense que si c’est dans cette dynamique avec l’assentiment et l’implication de la communauté régionale, notamment des chefs d’Etats de la CEDEAO, il est acceptable qu’il y ait de ce point de vue ce dialogue inclusif prendrait en charge tous les problèmes majeurs de la Guinée pour remettre ce pays sur les rails. De ce point de vue, personne ne pourra être contre.

Mais si c’est une opération politicienne qui consiste à dire ce qui est fait est déjà fait, foncer dans une logique de fuite en avant, je dirais que ce serait dans une certaine mesure, appliquer la politique de l’autruche. Et ça ne pourra pas prospérer.

 

Est-ce que l’opposition n’aurait pas des exigences sinon des préalables avant de s’engager dans une telle aventure ?

Lorsque vous rentrez dans ce genre de schéma, vous risquez de vous entortiller les jambes. Ce qui est fondamental, un constat est fait. Au regard des hommes de droit, nationaux et internationaux, un vide constitutionnel est acté en république de Guinée. Vous ne pouvez pas envisager des subterfuges pour mettre cela de côté. Il faut qu’on s’attaque à ce nœud du problème parce qu’en terme de fonctionnement de l’Etat de droit, le gouvernement, l’Assemble Nationale, toutes ces institutions qui s’appuient sur la loi suprême du pays pour agir, légiférer ou administrer ne peuvent pas le faire sans une confortation claire de quelle est la constitution de la République de Guinée. Donc il faut que cela soit réglé sinon tout le reste ce serait des schémas pour tourner autour du pot. Il faut s’attaquer au nœud du problème, le résoudre sérieusement avant d’envisager des processus électoraux qui interviendront pour couronner la fin d’un processus de remise en ordre des institutions et de l’Etat guinéen sur les fondamentaux de l’Etat de droit.

Bah Boubacar Loudah
Pour Africaguinee.com
Créé le Vendredi 12 juin 2020 à 20:01
BAH Oury

BAH Oury

Laissez votre commentaire

Recent Posts

Bah Oury sur Twitter

© Tous les droits sont réservés 2020